QUELLE POSTURE ÉDUCATIVE POUR ABORDER LES QUESTIONS D’HOMOSEXUALITÉ AVEC LES JEUNES ?

Une session aura lieu à Tarbes les 22 et 23 septembre 2018.

Informations et inscriptions en cliquant ici.

NON À L’USAGE SANS CONTRÔLE DES SMARTPHONES À L’ÉCOLE : signez la pétition !

Parents, grands-parents, professeurs,

Tic Tac Tic Tac… plus que 3 jours pour influencer le ministre. Faites vite circuler ce message autour de vous !

Et s’il suffisait de rendre « invisibles » les téléphones pour endiguer le raz-de-marée de la pornographie à l’école ?

Cela règlerait aussi l’explosion de problèmes liés à l’invasion des smartphones : (cyber) harcèlement, vols, rackets, chocs psychologiques, troubles de l’attention, montée de la violence, échec scolaire…

Si ce n’est pas déjà fait, signez la pétition « NON À L’USAGE SANS CONTRÔLE DES SMARTPHONES À L’ÉCOLE » pour rejoindre les 53 473 parents déjà mobilisés :

Et surtout, transférez cette information à tous vos proches !

Chaque minute compte.

Voici ce qu’il a révélé…

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a reconnu sur France Inter [1]:

JMB : […] aujourd’hui, pendant les cours de récréation au collège, on va être – quand c’est autorisé – sur son smartphone, lequel smartphone comporte parfois des images pornographiques […]

…et il ne s’est pas arrêté là !

Sur Europe 1, il a dénoncé la gravité de la situation [2]:

Journaliste : [… Lutte contre le cyber-harcèlement, lutte contre la pornographie aussi, puisque c’est ça qui conditionne l’image qu’ont justement nos ados, nos enfants par rapport aux stéréotypes hommes-femmes ?

JMB : Bien entendu, c’est un sujet gravissime ! Aujourd’hui il y a accès à la pornographie à des âges de plus en plus jeunes.

Journaliste : On dit 11 ans, le “premier contact”.

JMB : Oui, même, malheureusement parfois pire. Mais même à 11 ans, c’est extrêmement jeune, évidemment. Donc il est évident que nous devons agir sur ce point. […]

Jamais un ministre n’avait osé en parler aussi ouvertement.

Le Président de la République s’est aussi fendu d’un tweet incisif [3]:

Autant dire que ça bouge dans les hautes sphères !

Depuis 2010 [4], la loi interdit les téléphones portables en classe, mais seulement en classe… et ça ne suffit pas !

Il faut vraiment interdire leur usage dans l’enceinte de tous les collèges et écoles de France en signant la pétition.

La solution #PortablesInvisibles

Une solution simple fonctionne déjà dans des établissements pionniers.

Le principe ? Les portables doivent rester “invisibles”.

Éteints et rangés au fond du sac. Confisqués, s’ils sont vus ou entendus.

En pratique, les règles sont respectées. Les enfants tiennent à leur objet fétiche comme à la prunelle de leurs yeux !

Une responsabilité partagée :

  • Les parents gardent la liberté de confier un téléphone à leur enfant. La condition ? Aucun appareil ne doit créer de nuisances à l’école.
  • Les adultes en milieu scolaire s’assurent de protéger tous les élèves qui leur sont confiés. Ils le font déjà pour les autres objets dangereux ou addictifs (alcool, tabac).

Cette solution est respectueuse des libertés, responsabilisante pour tous, efficace et rapide à mettre en place.

Elle ne nécessite aucun investissement, contrairement à celles envisagées par le ministre de l’Éducation nationale.

Un directeur de Collège-Lycée de 1300 élèves témoigne :

« La mise en oeuvre #PortablesInvisibles n’a rien coûté, au contraire… nous avons gagné du temps. Il y a 5 ans, j’avais 30 à 40 téléphones portables dans mon coffre-fort. En ce moment, il n’y en a que 2. »

Parents, grands-parents, professeurs, travaillons “main dans la main” pour généraliser au plus vite la solution #PortablesInvisibles partout en France !

Le moment pour agir, c’est MAINTENANT !

Il ne reste plus que quelques jours pour pousser le ministre à adopter cette solution qui a fait ses preuves.

Il faut à tout prix éviter que l’interdiction d’usage des smartphones à l’école ne tombe à l’eau.

Si la voie retenue par Jean-Michel Blanquer est trop chère ou trop compliquée à mettre en place, elle sera retardée, voire annulée ! Des millions d’enfants seraient encore en danger.

Nous n’avons donc que très peu de temps pour organiser un déferlement de signatures supplémentaires.

Nous sommes déjà plus de 50 000. Si chacun persuade 1 personne de nous rejoindre, nous serons… 100 000 ! C’est, d’après nos sources, un seuil psychologique important pour le ministère.

Avouez que trouver 1 personne dans votre entourage, parmi les dizaines de parents et grands-parents que vous connaissez, ça devrait être rapide.

Ce problème de société est reconnu publiquement par le ministre.

Il est désormais plus facile d’alerter familles, voisins, collègues et parents des camarades de vos enfants… de ce qui se passe vraiment à l’école et au collège.

Peut-être arriverez-vous à convaincre 3, ou même 5 personnes ?

Imaginez combien nous pourrions être si chacun partage à 10 ou 20 amis et que ça fait boule de neige !

Ce qu’il vous reste à faire…

Envoyez cette information à vos contacts.

Avec un mot d’accompagnement, c’est encore plus efficace.

Nous devons retrouver, partout en France, un environnement serein pour un enseignement de qualité. Libérons l’école des nombreux problèmes que posent les téléphones portables.

C’est aujourd’hui, maintenant, que vous devez agir !

La victoire est à portée de main. Nous comptons sur vous,

Pierre Garnier 
– Collectif “Alerte Enfants Écrans” –

SOURCES

[1] : Jean-Michel Blanquer sur France Inter (Nov. 2017) : « Un des facteurs de réussite, c’est la convergence des valeurs entre l’école et les parents » [2’33 – 3’00]

[2] : Violences faites aux femmes sur Europe 1 (Nov. 2017) : Blanquer veut « être à l’offensive sur ce sujet » [1’53 – 2’15]

[3] : Message incisif du Président de la République sur Twitter (Nov. 2017)

[4] : Interdiction de l’usage des téléphones mobiles dans les écoles et les collèges – Code de l’éducation (2010)

 

LE CLER À RADIO PRÉSENCE

L’équipe du CLER TOULOUSE était invitée le 8 novembre 2017 par RADIO PRÉSENCE TOULOUSE pour participer à l’émission VIVANTE ÉGLISE.

Vous pouvez écouter (ou ré-écouter) cette émission en cliquant ci-dessous :

L’ÉDUCATION AFFECTIVE, RELATIONNELLE ET SEXUELLE DANS LES ÉTABLISSEMENTS CATHOLIQUES D’ENSEIGNEMENT

Le projet fondateur du CLER s’appuie sur des valeurs humanistes et une vision positive de l’homme, de l’amour humain et de la sexualité. Il est en totale cohérence avec le projet de l’éducation catholique.

Nous vous recommandons vivement la lecture de « L’éducation affective, relationnelle et sexuelle dans les établissements catholiques d’enseignement ».

Pour l’ouvrir, cliquez ici.

AMORIS LAETITIA, EXHORTATION APOSTOLIQUE SUR LA FAMILLE DU 19/03/2016 – LES GRANDES LIGNES

Voici un extrait d’un article de RADIO NOTRE DAME de Marion Duchêne, Juliette Loiseau et Antoine Merminod.
Pour en voir la totalité, cliquez ici.

Et si vous voulez aller plus loin en lisant l’exhortation apostolique dans sa totalité, cliquez ici. Nous vous recommandons plus particulièrement les paragraphes 280 à 286 qui traitent de l’éducation affective.

L’exhortation apostolique Amoris laetitia vient synthétiser et conclure les deux sessions de « synode sur la famille » qui ont eu lieu en octobre 2014 et 2015, sans bouleverser le dogme, ni  la théologie.

Consistant, certes, mais les 325 paragraphes et 260 pages de cette exhortation prouvent bien qu’on ne peut parler d’un sujet aussi primordial, sans un minimum de fond. Radio Notre Dame a décrypté pour vous, cet hymne à la famille du pape François. Pour rappel, à la différence d’une encyclique qui a le plus souvent une valeur d’enseignement et qui peut rappeler la doctrine de l’Église, l’exhortation apostolique présente quant à elle les conclusions du pape à la suite d’une réflexion collective, comme c’est aujourd’hui le cas avec le texte post-synodal.

Sur l’éducation de la sexualité

« On prend trop à la légère l’éducation sexuelle » des enfants et adolescents, dénonce le pape dans son exhortation apostolique. Aujourd’hui, personne n’aide sérieusement les jeunes à se préparer à« un amour grand et généreux ». Le pape reconnait que l’époque dans laquelle nous vivons, où le sexe est banalisé, rend difficile une véritable éducation sexuelle. Cette éducation ne peut « être comprise que dans le cadre d’une éducation à l’amour ». Pour le Saint-Père, l’éducation sexuelle faite par les institutions éducatives aujourd’hui, apporte certes des informations aux jeunes, mais comporte plusieurs travers.

Tout d’abord, le pape dénonce que « l’éducation sexuelle se focalise sur l’invitation à se « protéger », en cherchant du « sexe sûr ». Ces messages traduisent pour le Saint-Père une « attitude négative » quant à la finalité de la sexualité. Les jeunes sont ainsi bombardés de messages, pour « qu’ils jouent avec leurs corps et leurs sentiments, comme s’ils avaient la maturité ». Ce qui est totalement irresponsable, pour le Saint-Père, car les jeunes n’ont pas cette maturité. L’éducation sexuelle doit aider les jeunes à développer « un sens critique face à l’invasion de propositions, face à la pornographie incontrôlée et à la surcharge d’excitations ». Toutes ces informations, déforme la capacité d’aimer des jeunes. Pour cela, le pape appelle à enseigner aux jeunes les « diverses expressions de l’amour » : « l’attention réciproque, la tendresse respectueuse, la communication riche de sens ». Tous ces apprentissages sont indispensables pour préparer les enfants et adolescents « au don de soi total et généreux qui s’exprimera après un engagement public. […] L’union sexuelle dans le mariage se présentera ainsi comme un signe d’engagement plénier ». Pour le pape, cette éducation sexuelle, mais également affective, doit préserver « une saine pudeur » (virginité), même si « aujourd’hui certains considèrent qu’elle est une question d’un autre âge ».

 « L’ÉDUCATION SEXUELLE SE FOCALISE SUR L’INVITATION À SE « PROTÉGER », EN CHERCHANT DU « SEXE SÛR » »

L’éducation sexuelle, où l’apprentissage ne doit pas être celui de la sexualité, mais de l’amour et du don de soi, doit également inclure « le respect et la valorisation de la différence » pour le Saint-Père. Féminin ou masculin, chacun doit apprendre à accepter son corps tel qu’il est, tel que Dieu la créé, et à le valoriser, dans sa féminité ou sa masculinité. Cependant, le pape reconnaît que « le masculin et le féminin ne sont pas quelque chose de rigide », malgré les nombreux facteurs biologiques ou génétiques, mais aussi culturels, familiaux, qui différencie le masculin du féminin. Ainsi pour le Pape, la manière d’être homme du mari, peut s’adapter à la situation de l’épouse, notamment en ce qui concerne le travail. Le pape explique alors que « s’occuper de certains travaux de maison ou de certains aspects des soins aux enfants » ne rend pas le mari moins masculin. Ce n’est ni un échec, ni une honte. Pour le Saint-Père, ces échanges entre l’homme et la femme sont même nécessaires pour le développement de l’enfant. Une rigidité exagérée du masculin ou du féminin n’éduque pas les enfants et les jeunes à une réciprocité concrète, notamment dans les conditions du mariage. Cette rigidité peut également fausser les conceptions, au point « d’amener à considérer comme peu masculin de se dédier à l’art ou à la danse, et peu féminin de s’adonner à une activité de conduite de voitures ». Si ces conceptions n’existent plus dans de nombreuses sociétés, le pape alerte qu’il reste dans ces endroits où elles existent toujours, et où elles nuisent à la liberté et au développement des jeunes. Cette réciprocité et ces échanges entre masculin et féminin font tout aussi partie de l’éducation sexuelle, selon le Saint-Père, que l’éducation à la sexualité et à l’amour.

CARITAS IN VERITATE – L’AMOUR DANS LA VÉRITÉ

Un extrait de la lettre encyclique CARITAS IN VERITATE – L’AMOUR DANS LA VÉRITÉ du 29 juin 2009

« Face aux enjeux de société que représentent aujourd’hui les difficultés des familles dans leur rôle de premier lieu d’intégration sociale, l’éducation affective, relationnelle et sexuelle peut contribuer au développement de la personne humaine, à condition cependant que cette activité prenne le jeune dans la globalité de sa personne. »

Benoit XVI

LES ŒUVRES D’ART SONT UN VACCIN CONTRE LE PORNO

Aujourd’hui difficile d’éviter que les enfants tombent sur du porno. Pour limiter l’impact de ces caricatures de l’amour sur l’imaginaire, un parcours pictural présenté à Genève dit la beauté des sentiments humains.

Éducation affective par l’art – Un article de L’ÉCHO DÉCOUVERTE du 14 mai 2015